Yoga

« yogaś-citta-vr̥tti-nirodhaḥ« 

Patañjali – Yogasūtras : I.2

Le yoga est l’apaisement des modifications du mental.

Yoga Sādhana

« Yama-niyama-āsana-prāṇāyāma-pratyāhāra-dhāraṇā-dhyāna-samādhayo’ṣṭāvaṅgāni« 

Patañjali – Yogasūtras : II.29

Les huit étapes (ashtanga) de l’évolution à poursuivre  pour parvenir à la libération, selon le Yoga classique exposé par Patañjali, sont les suivantes:

Yama, les principes éthiques et moraux qui guident la conduite envers soi-même et envers les autres, divisés en: ahiṁsā (non-violence), satya (véracité), asteya (acte de ne pas voler), brahmacarya (chasteté), aparigrahāḥ (renonciation aux possessions inutiles).
Niyama, les règles d’autodiscipline qui renforcent l’intégrité intérieure, divisées en: sauca (propreté et pureté), saṃtoṣa (contentement et joie), tapas (discipline), svādhyāya (étude de soi et des textes sacrés), īśvarapraṇidhānā (dévotion envers le divin).
Asana, posture ou assise propice à l’établissement d’un état méditatif.
Prāṇāyāma, ensemble de techniques de contrôle de la respiration.
Pratyāhāra, détachement de la perception sensorielle.
Dhāraṇā, concentration ou capacité à diriger toute l’attention sur un élément.
Dhyāna, méditation, comprise comme le flux naturel de conscience vers l’objet de concentration.
Samādhi, état de conscience atteint lorsque l’attention est totalement absorbée dans la conscience elle-même.

Patañjali distingue 2 types de samādhi et décrit 7 étapes jusqu’à la libération finale :

Saṁprajñāta samādhi, ou samādhi avec support, caractérisé par quatre niveaux : absorption dans la pensée analytique (vitarka), absorption dans la pensée synthétique (vicara) (vitarka et vicara ont chacune 2 modalités: sa- “avecet nir- “sans), expérimentation du bonheur (ānanda) et enfin conscience de l’unité (asmitā).
Dans ces 2 dernières étapes, l’esprit se concentre sur sa propre nature cognitive.
Asaṁprajñāta samādhi : samādhi sans support. Cet état est au-delà de la pensée et des mots. Patañjali utilise un simple pronom pour le désigner : anya » l’autre ».
Dans cet état ultime, le but suprême du Yoga, les états mentaux vttis existent potentiellement, et les saskāras, les impressions subconscientes qui déclenchent les pensées, les souvenirs et le karma, sont également latentes. Puisque l’esprit est vide de toutes pensées, la conscience n’a plus d’objet, et donc, pour la première fois, ne peut que devenir auto-consciente. Le but final du Yoga est atteint.